Blog

PESTE PORCINE AFRICAINE : STÉRILISATION DES ALIMENTS CONTAMINÉS PAR L’EXTRUSION À SEC À HAUT CISAILLEMENT

Swine Fever

Au cours des cinq dernières années, deux virus endémiques (la grippe aviaire hautement pathogène et le virus de la diarrhée épidémique porcine) ont été introduits en Amérique du Nord et ont eu un impact économique considérable, de plusieurs millions de dollars américains. Plus récemment, la peste porcine africaine (PPA), un agent pathogène exotique touchant les animaux, a fait des ravages en Europe et en Asie. Plusieurs articles ont récemment été publiés ici et ici, mettant en évidence les risques potentiels d’une transmission de la PPA.

La PPA, pour laquelle il n’existe ni vaccin ni traitement efficace, provoque chez les porcs une maladie très contagieuse et mortelle, bien qu’elle ne constitue pas une menace pour la santé humaine. Depuis le début de l’année dernière, la PPA s’est répandue dans des élevages de porcs en Chine et dans certaines régions d’Europe, et le foyer le plus récent est apparu au Vietnam. La PPA peut également infecter les sangliers. Bien que l’infection soit relativement bénigne, les sangliers infectés risquent de propager le virus chez les porcs élevés de façon conventionnelle.

À l’heure actuelle, la PPA n’a pas atteint l’Amérique du Nord et du Sud, malgré les inquiétudes persistantes quant à la propagation du virus. Le principal risque d’introduction de la PPA dans les pays qui n’en souffrent pas encore est l’importation de produits contaminés par la PPA, y compris de produits à base de viande de porc contaminés et d’aliments pour animaux dérivés de porcs infectés par la PPA. Plus récemment, une étude du Dr. Niederwerder, de la Kansas State University, a démontré que même à de très faibles doses infectieuses, les aliments et l’eau contaminés par la PPA peuvent provoquer la maladie chez les porcs. Bien que l’origine de l’introduction en Europe et en Asie reste inconnue, la propagation rapide et à large échelle de la PPA peut être attribuée en partie à une transmission par le biais de produits contaminés par la PPA, notamment du porc infecté et des ingrédients d’aliments pour animaux contaminés. Pour cette raison, les mesures de biosécurité renforcée devraient être élargies pour couvrir les programmes d’alimentation et les ingrédients d’aliments pour animaux importés des pays touchés par la PPA.

Une étude menée par le laboratoire du Dr. Don Reynold à la Iowa State University et présentée par le Dr. Nabil Said a montré que l’extrusion à sec avec cisaillement élevé était un moyen de stérilisation efficace, ou une « étape de destruction », pour les déchets animaux, sous-produits et carcasses. En conséquence, le Centre de médecine vétérinaire de la FDA a publié une lettre de non-opposition au procédé d’extrusion à sec à cisaillement élevé d’Insta-Pro en tant que méthode de stérilisation et de traitement appropriés des carcasses de porcs et de volailles pour en faire des ingrédients réutilisables dans l’alimentation animale. En tant que mesure de biosécurité au niveau de l’usine d’aliments pour animaux, l’utilisation d’ingrédients extrudés à sec avec cisaillement élevé pourrait réduire le risque de transmission de la PPA par les aliments infectés, en raison de ses propriétés de stérilisation.

Si la PPA venait à se propager aux États-Unis, il faudrait éliminer correctement les carcasses des animaux infectés afin de réduire le risque de propagation du virus dans les troupeaux en bonne santé. En outre, les sous-produits et les carcasses d’animaux correctement stérilisés peuvent devenir un ingrédient de l’alimentation animale à valeur ajoutée pour d’autres industries, telles que les aliments pour animaux de compagnie. En conclusion, l’extrusion à sec à cisaillement élevé peut servir à stériliser les ingrédients des aliments pour animaux afin de prévenir la propagation de la PPA et d’autres maladies animales exotiques.

Contactez nous
close slider
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
back_to_top