Blog

La croissance mondiale des classes moyennes va déterminer les besoins en protéines

Récemment, j’ai écrit à propos de ma présence au Soy and Grain Summit (sommet sur le soja et les céréales) à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, et j’ai abordé le sujet des cultures non-OGM. L’autre information qui m’a marqué lors de ce sommet, et qui me paraît cohérente, c’est l’avenir prometteur concernant la demande mondiale en protéines, qui devrait connaître une forte croissance. On s’attend à ce que cette croissance soit bien plus marquée que celle de la population, de 1 à 2 % par an.

Aux États-Unis, nous entendons souvent parler de la régression des classes moyennes, mais au niveau international, dans les pays sous-développés et les pays en développement, il existe un potentiel énorme pour une croissance considérable dans l’ensemble des classes moyennes. Comme vous pouvez l’imaginer, lorsqu’une famille passe de l’extrême pauvreté à la classe moyenne, sa capacité et son désir d’avoir des protéines animales augmentent, et il en va de même pour d’autres aliments et produits meilleurs qui peuvent améliorer ses conditions de vie.

Selon l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), la classe moyenne, au niveau mondial, devrait croître de 1,8 milliard d personnes en 2009 à 3,2 milliards de personnes en 2020. Cette croissance va s’accompagner d’une importante augmentation de la demande pour le poisson, la volaille, le porc et la viande bovine. L’industrie de l’alimentation animale va en conséquence connaître une croissance extraordinaire.

Une autre manière de mesurer la croissance de la demande en protéines consiste à évaluer le PIB par habitant par pays. De nombreuses études ont montré que lorsque le PIB par habitant d’un pays atteint 10 000 $, la demande en protéines animales augmente exponentiellement. Au-delà de 30 000 $ par habitant, la demande se stabilise : la population n’en consommera pas davantage. Donc comme vous pouvez vous en rendre compte ci-dessous, nous avons une fenêtre étroite dans laquelle cette croissance va se produire, et qui offre des possibilités intéressantes, avec l’amélioration de l’économie des pays en développement et sous-développés, ainsi que le pouvoir d’achat en hausse de leur population.

Jusqu’ici, j’ai seulement évoqué les avantages pour l’industrie de l’alimentation animale et la croissance des protéines animales. Mais il existe aussi une opportunité pour les producteurs d’aliments destinés à la consommation humaine. Les avancées dans le domaine des produits à base de protéines de soja texturées (TSP – Textured Soy Protein) et la demande pour des substituts de viande à plus bas prix montrent également des signes de croissance significative. Même si les populations voient leurs classes moyennes prendre de l’importance et que les économies se développent, il leur faut toujours maintenir les coûts peu élevés. En ajoutant des TSP aux produits carnés, la viande peut être développée et les coûts réduits. Ces TSP ont une texture similaire aux protéines animales, et par conséquent elles peuvent aussi être utilisées comme un produit de substitution complet aux protéines animales.

Le goût des TSP transformées à l’aide d’extrudeuses Insta-Pro a un profil de saveur et des performances extrêmement bons. Les TSP représentent aussi une solution de choix pour le marché végétarien croissant, ainsi que pour les régions où la religion exige de proscrire la viande. C’est un marché dont nous parlent de plus en plus nos clients transformateurs qui cherchent à combler les besoins de solutions faisant appel à des protéines peu coûteuses.

Contactez nous
close slider
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
back_to_top